Top
a

Céphalée ou migraine ?

« Je ne peux pas venir travailler ce matin car j’ai une terrible migraine ! » « Non chéri pas ce soir j’ai la migraine…. »! « Parle moins fort s’il te plait car j’ai mal à la tête … »! « Je suis migraineuse …. »! On a tous déjà entendu autour de nous une de ces phrases, ou été une fois sujet à des maux de tête. Quelques fois, on associe ces maux à  des migraines. Mais aussi simple que cela puisse paraître, il faut tout de même faire la distinction entre un mal de tête et une migraine …

Avoir mal à la tête qu’est-ce en réalité ?

Tout d’abord, il est important de savoir que l’appellation scientifique d’un mal de tête est une céphalée. Il s’agit d’une douleur locale de l’extrémité céphalique, c’est-à-dire communément du crâne. Il existe plusieurs types de céphalées :

  • La céphalée de tension c’est la forme la plus fréquente . Il s’agit d’une douleur qui peut être bilatérale ( des deux côtés de la tête) , au niveau du front ou de la nuque. Elle peut marteler, être tiraillante ou écrasante. Certains décrivent parfois une sensation de compression , de pesanteur ou de serrement. Cependant, contrairement à la migraine, la céphalée de tension ne provoque ni nausée, ni hypersensibilité ( lumière , au toucher de certaines matières etc…), ni d’aggravation de douleurs en cas de mouvement . La céphalée de tension survient souvent en fin de journée, peut être épisodique ou permanente.
  • La céphalée secondaire : elle est généralement la conséquence d’une affection ORL telle que la sinusite, stomatologie ou ophtalmologique comme le glaucome. Elle peut aussi être due à un traumatisme crânien ou des plaies de la face ou du cuir chevelu.
  • L’artérite temporale encore appelée Algie vasculaire de la face ou maladie de HORTON; cette forme de céphalée est en générale unilatérale et insupportable.. même si l’étiologie n’est pas très claire , les symptômes ici sont clairement définis : l’artère temporale est visible, douloureuse, dure et augmente de volume . La douleur siège en général derrière l’œil ou à la tempe, et s’accompagne d’un larmoiement, de yeux injectés de sang et d’un écoulement nasal.En général l’état général est altéré.L’algie vasculaire de la face est une forme sévère de céphalée qui peut même être plus intense que la migraine.

Et si finalement on parle de …. Migraine ?

C’est une maladie très fréquente, surtout chez la femme, et souvent non diagnostiquée. Il s’agit d’une céphalée bien définie dont le diagnostic répond aux signes suivants :

  • douleur crânienne pulsatile et unilatérale
  • La douleur est accentuée par la lumière , le bruit et peut être accompagnée de nausées et de vomissements.
  • Les crises durent entre 4 à 72 heures

Pour un traitement adapté , il faut définir les circonstances précises de l’apparition des crises. En effet , les crises apparaissent souvent dans des conditions particulières telles que la fatigue, le stress, le manque de sommeil, l a consommation de certains alcools et/ou aliments. Les traitements médicamenteux des céphalées sont principalement centrés sur l’utilisation des antalgiques, AINS. Et, si le traitement est infructueux, un anti-migraineux spécifique est recommandé, le plus souvent ion triptan. Il existe aussi plusieurs autres méthodes non médicamenteuses qui peuvent s’avérer efficaces pour certains types de migraines.

Voici quelques exemples de traitements non médicamenteux:

  • repos et détente : dormir suffisamment est parfois la réponse à beaucoup de problèmes de santé.
  • S’hydrater suffisamment et régulièrement.
  • Bien s’alimenter.
  • Activité physique : la tension musculaire peut provoquer un mal de tête léger. Pour détendre à nouveau vos muscles, il faut bouger.
  • La chaleur : un bain chaud parfumé aux plantes dont certaines sont dotées de propriétés antalgiques.
  • Les huiles essentielles : à appliquer délicatement sur les tempes en application des mouvements circulaires. Certaines d’entres elles , comme la menthe, ont un effet rafraîchissant, ce qui diminue le stimuli douloureux.
  • Refroidir les zones douloureuses en appliquant un linge humide froid.
  • Les céphalées aiguës peuvent être atténuées par l’effet de la fluctuation de la température par exemple, en prenant des douches durant lesquelles vous alterner le chaud et le froid sur vos pieds et vos bras.
    Et bien d’autres recettes de grands-mères qui ont le sait sont les meilleures .

Comments

Post a Comment