Top

Au coeur d’une conversation avec Queen Ihowa

Queen Ihowa ! La reine des réseaux sociaux ! Tel est le surnom que lui a attribué le journal Le Devoir. Cela laisse entrevoir une des nombreuses casquettes qu’elle porte. Véritable bouffée d’énergie, de joie, et de good vibes, elle a ce grand sourire qui ne la quitte presque jamais. Et aujourd’hui, il fait sa marque. Elle a l’habitude de dire que les réseaux sociaux, notamment Instagram, représentent notre CV digital. D’ailleurs en parcourant le sien on ne peut qu’y tomber sous le charme. Son talent et sa finesse se dégagent si bien au travers de ses publications qu’on réalise que « l’image c’est le message« . Entrepreneure, elle oeuvre auprès des personnalités et sociétés qui désirent définir et façonner leur identité digitale ou médiatique.

Tout récemment, j’ai eu une conversation avec elle sur ce sujet : Serons-nous tous entrepreneurs ? On y a partagé quelques avis intéressants et il m’a plu de partager cela avec vous. Je vous emmène donc au cœur de notre conversation dans laquelle elle nous donne son opinion sur la question. Vous retrouverez par ailleurs des bouts de conversation orale qui complètent ces écrits en cliquant sur ce lien :

Serons-nous tous entrepreneurs ? Que peux tu répondre à cette question ?

Queen : Je pense qu’être entrepreneure…Parfois ce n’est pas une chose qu’on choisit. On est destiné à être entrepreneur et chacun a sa destinée. Chacun doit influencer dans son lane (couloir). Dieu a besoin de tout le monde partout. Il a besoin de gens dans des emplois 9 to 5 (9h-17h correspond aux emplois réguliers) et d’autres personnes en tant qu’auto-entrepreneurs. Et lorsque tu es ou deviens entrepreneur, l’une des manières d’avoir la certitude que tu es au bon endroit est que tout ce que tu fais prend du sens. Il y a des personnes qui travaillent en 9 to 5 juste parce qu’ils savent qu’ils auront un salaire à la fin du mois. Et lorsqu’ils sont ou deviennent auto-entrepreneurs, ils peuvent rester un an sans salaire mais ils sont heureux. Ça donne un épanouissement que le 9 to 5 job ne va pas te donner.

 » Si tu ne travailles pas pour tes rêves, tu travailleras pour les rêves de quelqu’un d’autre.  » Que penses-tu de cette phrase ?

Queen : Pour moi cette phrase ne veut rien dire. Ça peut être même dangereux de dire ça car ça peut te pousser à être solitaire. En mode : c’est mes rêves qui comptent et ceux des autres non. Alors que pas du tout !

Surtout que même si tu travailles pour tes rêves, tu auras aussi besoin de quelqu’un pour t’aider à accomplir ce rêve. Au final nous sommes tous interdépendants !

Queen : et quand bien même ça serait ça, on ne devient pas entrepreneur pour soi mais pour les autres. Oui même si tu as choisi ce chemin pour ton épanouissement personnel, à la fin de la journée ça a du sens parce que tu entreprends quelque chose qui nécessite des gens, l’être humain ! On ne peut pas devenir entrepreneur pour soi-même. Tu créeras ta boite mais elle va devoir servir à quelque chose. Tu vas vendre des services ou des produits mais c’est pour les autres en fait. Dans tous les cas, on aura toujours besoin de l’autre. Cette citation pour moi peut paraître très dangereuse. En tout cas moi je ne la considère pas du tout. Et aussi je pense que tout dépend de ton mindset (état d’esprit). Les gens doivent arriver à comprendre qu’avoir des rêves, ne veut pas forcément dire MES rêves, personne ne doit être autour de MES rêves, c’est à MOI et il faut que je travaille pour moi. Car à la fin de la journée tu auras besoin des autres, tu auras besoin des gens pour acheter ton service ou ton produit. Et être entrepreneur c’est aussi accomplir les rêves d’autres personnes.

Je suis d’accord, on a tous besoin des autres pour accomplir nos rêves. Ma question suivante est : est-ce que tu penses que passion + talent = destinée ? Est-ce que parce que je sais écrire alors, je dois automatiquement devenir écrivaine ?

Queen : Je pense que c’est un cocktail de plusieurs choses. Si tu as une belle voix, je ne pense pas que tu dois automatiquement devenir chanteur. Pour connaitre notre destinée, on a besoin d’un point de départ. Et la première chose qu’on regarde souvent est notre passion. Je pense que nos passions et nos talents sont un indicateur. Je ne pense pas qu’on puisse connaitre tout le puzzle de notre destinée mais c’est pas à pas qu’on la découvre. Donc pour poursuivre cette destinée, on va commencer par un talent, qui va développer un deuxième. Il y a des personnes qui commencent en tant que chanteur mais finissent hommes ou femmes d’affaires. Et c’est peut-être là qu’ils sont destinés mais il a fallu qu’ils commencent quelque part. Donc je pense que pour trouver ta destinée, tu peux commencer par explorer ton talent et ta passion. Mais il ne faut pas être fermé. Dans le sens où, parce que je suis passionnée ou que j’ai un talent dans X alors je vais forcément devenir X. Déjà parce que tu n’es pas maître de ta vie, mais surtout parce que ça serait dommage de ne pas te laisser assez d’espace pour devenir plus que tu penses que tu es. Et la destinée est un cocktail de toutes ces choses, talents, passions, rencontres, etc..

Comment est-ce que toi tu as su que l’entrepreneuriat faisait parti de ta destinée ?

C’est lorsque j’ai commencé ma chaîne YouTube et que j’ai vu que ce que j’avais à l’intérieur de moi pouvait servir l’autre. J’ai vu que ma créativité pouvait servir mon prochain. Et pour que cette créativité s’épanouisse, elle n’est pas forcément la bienvenue dans une corporation (société). Ma créativité ne sera pas bien reçue dans une entreprise pour que je puisse l’exprimer et aider mon prochain. Par contre la voie de l’entrepreneuriat me permet de garder l’authenticité de ma créativité. Et quand j’ai pris conscience que ce que Dieu a mis en moi, cette lumière peut aider l’autre, ça a fait tilt dans mon esprit. La 2ième chose est que je ne me suis jamais sentie très à l’aise, ni à ma place dans les entreprises. Dans ma tête je sais que je travaille dans une entreprise pour un (certain) moment car je n’arrive pas à visualiser un futur. Je ne suis pas attirée par avoir une carrière dans une entreprise. Et je me dis que je suis dans une entreprise pour apprendre, et pour avoir mon argent qui m’aidera à réaliser ce pourquoi mon cœur bat. Je sais que je peux passer 3 heures à discuter avec une cliente lors de mes consultations mais je ne vois pas le temps passer. Même si elle n’a payé qu’une heure, ça ne me dérange pas car je sais que ce que je fais a du sens pour moi.

Vous pouvez suivre quelques extraits audio complémentaires en cliquant sur ce lien.

Rédactrice en chef de Callmerai.fr, passionnée de Jésus, de lecture et de voyages.

Post a Comment